Logo de la société Compar'Études

GÉOTECHNIQUE & POLLUTION DES SOLS

L’étude géotechnique du sol, couramment désignée comme l’étude de sol, constitue une étape fondamentale de tout projet de construction. Elle permet de définir les fondations adaptées d’une maison en prenant en compte la structure et la variabilité du terrain.

Outre les aspects comme :

  1. L’inclinaison du terrain,
  2. La résistance du sol, 
  3. La perméabilité du sol,
  4. Le tassement et de glissement de terrain
  5. Les caractéristiques thermiques du sol
  6. La présence de nappes phréatiques
  7. La composition instable du sol,
  8. La pollution des sols.

 

Cette dimension de la pollution des sols, souvent sous-estimée, peut avoir un impact significatif sur la sécurité et la stabilité de la construction. Identifier et analyser la présence de polluants dans le sol est essentiel non seulement pour garantir l’intégrité de la structure, mais aussi pour préserver la santé des habitants et l’environnement.

La compréhension approfondie de ces différents éléments est indispensable pour prévenir les risques de dégradation ou d’accidents liés aux caractéristiques spécifiques du terrain.

Pelleteuse Travaillant sur un Chantier pour Étude de Sol

Étude de sol (géotechnique)

Les critères clés 

Dans le cadre de la construction d’une maison, la géotechnique est l’étude des propriétés mécaniques et physiques du sol, et est donc un élément clé à considérer permettant de déterminer les fondations les plus adaptées. En effet, le choix des fondations doit prendre en compte  les éléments suivants :

L’inclinaison d’un terrain influe directement sur la conception des fondations et la stabilité de la structure.

Un terrain en pente peut présenter des défis uniques, tels que des risques accrus d’érosion et de glissement de terrain, nécessitant des techniques de construction spécifiques pour assurer la sécurité et la durabilité du bâtiment.

Des solutions telles que des fondations renforcées, des murs de soutènement ou des terrassements sont souvent requises pour compenser l’inclinaison et garantir que la maison reste stable et sécurisée.

En outre, l’orientation de la pente peut également avoir un impact sur l’assainissement, le drainage et même l’exposition au soleil, des éléments essentiels à considérer pour une habitation confortable et économe en énergie.

La résistance du sol détermine la capacité du sol à supporter le poids et les contraintes de la structure.

Un sol avec une faible résistance peut entraîner des tassements inégaux, provoquant des fissures ou des déformations dans les fondations et les murs de la maison.

Pour éviter ces problèmes, il est crucial de réaliser une étude de sol qui évalue la résistance mécanique et la capacité portante du terrain.

Cette étude guide le choix du type de fondations, qu’il s’agisse de semelles superficielles pour les sols stables et résistants ou de pieux et de longrines pour les terrains moins porteurs.

De plus, la résistance du sol influence également les techniques de drainage et de gestion des eaux, car un sol moins perméable ou à forte plasticité peut nécessiter des solutions spécifiques pour éviter l’infiltration d’eau et les problèmes d’humidité. 

La perméabilité du sol influe sur la gestion de l’eau autour et sous la structure.

Un sol hautement perméable facilite le drainage et réduit le risque d’accumulation d’eau, prévenant ainsi les problèmes d’humidité, de gonflement du sol ou même d’inondations sous la fondation.

À l’inverse, un sol peu perméable peut retenir l’eau, ce qui augmente les risques de gonflement, de tassement différentiel, et peut affecter la stabilité des fondations.

Une étude de la perméabilité est donc essentielle pour déterminer les besoins en drainage et pour concevoir des systèmes adaptés, tels que des drains français ou des systèmes de pompage, pour évacuer efficacement l’eau loin des fondations.

En outre, la perméabilité du sol a un impact sur le choix des matériaux et des techniques de construction, assurant ainsi que la maison reste sèche, stable et durable dans le temps.

Le tassement et le glissement de terrain sont des phénomènes géotechniques critiques à considérer dans la construction d’une maison, car ils peuvent gravement compromettre la stabilité et la sécurité de la structure.

Le tassement, qui est le processus graduel d’affaissement du sol sous le poids de la construction, peut entraîner des fissures dans les fondations et les murs, voire un affaissement total du bâtiment s’il n’est pas uniforme.

Le glissement de terrain, quant à lui, est un risque majeur sur les terrains en pente, particulièrement lorsqu’ils sont saturés d’eau ou instables.

Ces glissements peuvent causer un déplacement soudain du terrain, endommageant gravement la maison et mettant en péril la sécurité des occupants.

Pour prévenir ces problèmes, une étude de sol détaillée est essentielle pour évaluer la capacité portante du sol, son comportement sous charge et sa susceptibilité aux mouvements.

Des mesures comme des fondations profondes, des murs de soutènement ou des systèmes de drainage adéquats sont souvent nécessaires pour mitiger ces risques et assurer une construction sûre et pérenne.

Les caractéristiques thermiques du sol influencent à la fois le confort thermique et l’efficacité énergétique du bâtiment.

Un sol avec une bonne conductivité thermique facilite l’utilisation de systèmes de chauffage et de refroidissement géothermiques, permettant une régulation naturelle de la température à l’intérieur de la maison.

Cela se traduit par une réduction des coûts de chauffage en hiver et de climatisation en été, contribuant ainsi à une habitation plus durable et économe en énergie.

Inversement, un sol avec une faible conductivité thermique peut nécessiter des systèmes d’isolation supplémentaires pour maintenir un confort thermique adéquat. De plus, la température du sol et ses variations saisonnières peuvent affecter la stabilité des fondations et des structures.

Par conséquent, une analyse précise des caractéristiques thermiques du sol est indispensable lors de la planification de la construction, pour optimiser la performance énergétique de la maison et garantir un environnement de vie confortable et durable.

Une nappe phréatique proche de la surface peut poser des défis pour les fondations, augmentant les risques d’humidité et de déstabilisation du sol.

Des mesures spécifiques, telles que l’imperméabilisation des fondations ou la mise en place de systèmes de drainage efficaces, sont nécessaires pour protéger la structure contre les infiltrations d’eau.

D’autre part, l’accès à une nappe phréatique offre l’opportunité de réaliser des puits ou des forages pour une utilisation domestique, offrant une source d’eau potable ou pour l’irrigation.

Toutefois, cela nécessite une étude approfondie pour déterminer la qualité et la quantité d’eau disponible, ainsi que le respect des réglementations locales concernant les droits d’usage de l’eau.

La composition instable du sol est un facteur déterminant dans la construction d’une maison, car elle peut sérieusement compromettre la sécurité et la durabilité de la structure.

Un sol instable, souvent caractérisé par une teneur élevée en argile, en sable ou en matériaux organiques, peut se dilater, se contracter ou se déplacer en réponse aux variations d’humidité et de température.

Ces mouvements peuvent entraîner des tassements différentiels, des fissures dans les fondations, et même le déplacement de l’ensemble de la structure.

Pour contrer ces risques, une étude géotechnique approfondie est essentielle pour évaluer la composition et les propriétés du sol.

Sur la base de cette étude, des techniques de construction spécifiques, telles que des fondations profondes, des semelles renforcées, ou des techniques de stabilisation du sol, peuvent être mises en œuvre pour assurer la stabilité de la maison.

En outre, la gestion de l’eau autour des fondations devient cruciale pour maintenir la consistance du sol.

Au vu de l’importance des facteurs évoqués précédemment dans la construction de logements, La loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique), adoptée en 2018 en France, a renforcé l’obligation de réaliser une étude géotechnique pour les terrains situés dans des zones exposées à un risque de mouvement de terrain (retrait-gonflement des argiles).

Cette mesure vise à maîtriser le risque géotechnique et prévenir les désordres constructifs liés aux aléas du terrain, assurant ainsi une plus grande sécurité pour les futurs occupants et une meilleure durabilité des constructions.

 

Etude de sol G1

L’étude G1, souvent désignée comme l’étude de sol obligatoire dans le cadre de la construction de logements, est une phase essentielle et réglementaire dans l’évaluation des conditions géotechniques d’un terrain. Cette étude, rendue obligatoire en France par la loi ELAN, vise à identifier les premiers risques géotechniques avant même la conception du projet.

Elle se concentre sur l’analyse des propriétés physiques et mécaniques du sol.

L’étude G1 inclut généralement une analyse historique du site, l’examen des cartes géologiques et des données existantes, ainsi que des investigations de terrain préliminaires, comme des sondages ou des forages. Ces informations permettent d’obtenir une première compréhension du terrain, essentielle pour orienter les choix de conception et les études géotechniques ultérieures.

Le prix d’une prestation d’une étude G1 oscille entre 800 et 1500 euros

 

Étude de sol G2

L’étude de sol G2, qui fait suite à l’étude G1 dans le cadre des projets de construction résidentielle, est une étape détaillée et spécifique visant à affiner les connaissances sur les caractéristiques géotechniques du terrain. Cette étude est cruciale pour la conception détaillée des fondations et des autres éléments structurels du bâtiment.

L‘étude G2 se divise en deux parties : G2-AVP (Avant-Projet) et G2-PRO (Projet). La G2-AVP se concentre sur l’adaptation du projet de construction aux conditions géotechniques spécifiques du site. Elle utilise les informations recueillies lors de l’étude G1 pour formuler des recommandations préliminaires sur le type de fondations et les techniques de construction à utiliser.

La G2-PRO intervient plus tard dans le processus de construction. Elle fournit des informations détaillées et définitives nécessaires à la réalisation du projet. Cette partie de l’étude comprend des essais de sol approfondis et des analyses géotechniques plus poussées. Elle vise à confirmer la viabilité des solutions proposées lors de la G2-AVP et à garantir que les fondations et la structure de la maison seront adaptées aux conditions spécifiques du sol.

 

Récapitulatif des Études de Sol G1, G2, G3, G4, G5 pour la Construction

N’hésitez pas à regarder la vidéo ci-dessous pour approfondir vos connaissances sur les études G1 et G2:

Sol Argileux dans le Contexte de l'Étude de Sol

Étude de sol G3

L‘étude de sol G3 est une étape avancée dans le processus de construction, venant après les études G1 et G2. Elle est cruciale pour la finalisation du projet de construction et sa mise en œuvre.

Cette étude, généralement effectuée une fois que les plans de construction sont finalisés et que les travaux sont sur le point de commencer, se concentre sur la vérification et l’ajustement des préconisations émises lors des études G1 et G2. L’objectif de la G3 est de s’assurer que les solutions de fondation et les techniques de construction proposées sont non seulement adaptées aux caractéristiques géotechniques spécifiques du site, mais aussi réalisables et sûres dans la pratique.

L’étude G3 comprend typiquement une supervision et un contrôle rigoureux des travaux de fondation, une vérification des conditions réelles du sol pendant la construction, et la mise en place de mesures correctives si nécessaire. Elle peut inclure des tests de charge, des analyses de stabilité en cours de construction, et une évaluation continue des risques géotechniques.

Ainsi, l’étude G3 joue un rôle essentiel dans la transition entre la conception du projet et sa réalisation concrète. Elle garantit que les fondations et la structure du bâtiment sont non seulement conçues en accord avec les exigences géotechniques, mais aussi exécutées conformément à ces plans pour assurer la sécurité, la stabilité, et la longévité de la construction.

 

Étude de sol G4

L’étude de sol G4 représente l’ultime phase du processus géotechnique dans le cadre d’un projet de construction, se focalisant sur le suivi et le contrôle des fondations et de la structure une fois que la construction est achevée. Cette étape est cruciale pour assurer que le bâtiment construit répond aux attentes et aux normes définies dans les phases précédentes de l’étude de sol (G1, G2 et G3).

La G4 implique une évaluation post-construction qui peut inclure des inspections détaillées des fondations, des tests de performance pour vérifier que la structure se comporte comme prévu sous les charges réelles, et une analyse pour identifier tout écart par rapport aux prédictions et recommandations des études antérieures. Cette phase permet de s’assurer que les solutions géotechniques mises en œuvre sont efficaces et que la construction ne présente aucun risque structurel ou géotechnique imprévu.

En plus de vérifier la conformité structurelle, l’étude G4 offre également une opportunité d’apprentissage pour de futurs projets, en fournissant des données précieuses sur l’interaction entre la construction et les conditions géotechniques du site. En somme, l’étude de sol G4 est essentielle pour valider l’intégrité et la sécurité à long terme de la construction, tout en enrichissant le corpus de connaissances dans le domaine de la géotechnique.

 

Étude de sol G5

L’étude de sol G5, bien qu’elle ne fasse pas partie des phases standards de l’étude géotechnique dans le cadre de la construction résidentielle, pourrait théoriquement représenter une étape ultérieure, axée sur l’analyse à long terme et le suivi des performances du bâtiment par rapport aux conditions géotechniques du site.

Si elle existait, une telle étude se concentrerait sur l’évaluation continue de la structure une fois habitée, surveillant des aspects tels que les tassements différentiels, les mouvements du sol, et l’impact de ces facteurs sur l’intégrité de la construction. Elle inclurait probablement des inspections régulières, des mesures et des analyses sur plusieurs années pour s’assurer que la maison reste sûre, stable et conforme aux prévisions initiales.

L’étude G5 jouerait un rôle important dans la détection précoce de problèmes potentiels, permettant des interventions correctives avant que des dommages significatifs ne se produisent. Elle fournirait également des données précieuses pour améliorer les pratiques de construction et les études géotechniques futures.

Toutefois, il est important de noter que dans la pratique actuelle, les études géotechniques dans le cadre de la construction résidentielle se limitent généralement aux phases G1 à G4. Une étude G5, telle que décrite ici, relèverait plutôt de l’entretien continu du bâtiment et de la gestion à long terme de ses fondations.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo récapitulative des problématiques géotechniques en lien avec l’habitat et des solutions qui enrichiront votre compréhension de ces sujets importants :

Étude de pollution des sols

La pollution des sols représente toutes les formes de pollution touchant n’importe quel type de sol, notamment agricole, résidentiel, forestier et urbain.

Lorsque vous achetez un terrain ou vivez sur une propriété, vous pouvez rencontrer divers signes indiquant une pollution du sol.

Imaginez découvrir une odeur inhabituelle, apercevoir des taches étranges sur le sol, ou même tomber sur des résidus qui semblent anormaux.

Ces signes peuvent indiquer une contamination passée ou récente, souvent due à des activités industrielles antérieures, des déversements accidentels de produits chimiques, ou même à des fuites de cuves de fioul.

Une étude de sol devient alors essentielle pour évaluer l’ampleur de la pollution et ses impacts potentiels sur votre santé et celle de votre famille, ainsi que sur la viabilité de tout projet de construction ou de jardinage sur ce terrain.

Face à ces situations, il est crucial de comprendre les risques et de prendre des mesures adaptées pour assurer la sécurité de votre environnement.

 

Types de polluants et leurs effets

Métaux lourds : Comme le plomb, le mercure ou l’arsenic, ils peuvent provenir d’activités industrielles ou de déchets. Dans le sol, ils rendent la construction complexe en nécessitant des mesures de décontamination spéciales et affectent gravement la santé humaine par exposition directe ou indirecte.

Hydrocarbures : Issus de fuites de pétrole ou de résidus industriels, ils contaminent le sol, compromettant la stabilité des fondations. Pour la santé, ils sont connus pour être toxiques et cancérigènes.

Pesticides : Résidus de l’agriculture, ils s’infiltrent dans le sol, affectant sa qualité et sa fertilité. Les pesticides peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine, notamment sur le système endocrinien.

Radon : Gaz naturel radioactif issu du sol, il présente des risques importants pour la santé, notamment le cancer du poumon.

Composés Organiques Volatils (COV) : Émis par certains sols, matériaux de construction, ou produits industriels, ils peuvent causer des problèmes respiratoires et d’autres impacts sur la santé.

PFAS (substances per- et polyfluoroalkylées) dans le sol, il s’agit d’une famille de composés chimiques utilisés dans de nombreux produits industriels et domestiques. Résistants à la dégradation, les PFAS peuvent s’accumuler dans l’environnement, y compris dans le sol, posant ainsi des risques potentiels pour la santé humaine et l’écosystème en raison de leur persistance et de leur toxicité.

Engin de Chantier Collectant la Terre sur un Site de Pollution des Sols

Pour approfondir votre compréhension sur les types de polluants les plus couramment rencontrés dans les sols des propriétés privées en France, nous vous invitons à découvrir notre vidéo ci-dessous :

Terrain Contaminé Visible avec Accumulation de Déchets Plastiques

Méthodes d’identification des polluants

Analyses chimiques en laboratoire : Si vous suspectez une pollution sur votre terrain, des échantillons de votre sol peuvent être envoyés à un laboratoire pour y détecter des polluants spécifiques comme les métaux lourds ou les hydrocarbures. C’est une méthode fiable pour comprendre précisément ce qui pourrait affecter votre propriété.

Sondages du sol : Des experts, bureaux d’études peuvent réaliser des sondages, une forme de forage, pour prélever des échantillons de sol à différentes profondeurs. Cela aide à identifier si la pollution est superficielle ou plus profonde, ce qui est crucial pour la planification de tout projet de jardinage ou de construction.

Échantillonnage de surface : Pour une évaluation rapide, des échantillons de la couche supérieure du sol peuvent être collectés. Cette méthode est utile pour détecter les pollutions récentes ou les contaminants qui n’ont pas encore pénétré profondément dans le sol.

 

Solutions et Techniques de remédiation

Pour traiter les sols pollués, plusieurs méthodes de remédiation et de décontamination sont disponibles :

Excavation et Élimination : Cette méthode consiste à enlever physiquement la terre contaminée et à la transporter vers un site spécialisé pour son traitement ou son élimination.

Traitement biologique : Utilise des micro-organismes pour dégrader naturellement les polluants dans le sol, une technique efficace notamment pour les hydrocarbures.

Stabilisation et Solidification : Elle implique le mélange de la terre contaminée avec d’autres matériaux pour diminuer la mobilité des polluants et réduire les risques.

Phytoremédiation : L’utilisation de plantes spécifiques pour absorber, dégrader ou immobiliser les polluants.

Ces techniques aident à minimiser l’impact des polluants sur les projets de construction et garantissent la sécurité et la viabilité des terrains pour une utilisation future.

Évaluer le prix de votre étude de sol

Découvrez notre simulateur  pour estimer le coût d’une étude de sol en France, facilement et rapidement. Grâce à notre outil en ligne, obtenez une estimation précise en quelques clics seulement.

Terrain avec machines à sondages géotechnique pour étude de sol

réaliser une étude de sol : le guide par ville

Pour enrichir les informations générales fournies ci-dessus, nous vous proposons un accès exclusif à nos données détaillées par ville. Cette approche vous permettra de trouver des guides complets et des informations spécifiquement adaptées à chaque localité. De plus, nous actualisons continuellement ces données en temps réel dès que de nouvelles informations deviennent disponibles, assurant ainsi que vous ayez accès aux renseignements les plus récents et pertinents pour votre situation spécifique.

Que vous soyez un professionnel chevronné ou un particulier à la recherche de données fiables, nos guides vous fournissent les insights nécessaires pour naviguer avec assurance dans le domaine complexe des études de sol.

GEOTECHNIQUE

POLLUTION DES SOLS

En conclusion, il est crucial de comprendre que la géotechnique et la pollution des sols sont des éléments essentiels à prendre en compte lors de l’acquisition d’un terrain.

Les études de sol jouent un rôle majeur non seulement dans la protection de la santé des futurs occupants, en identifiant et en gérant les contaminants nocifs, mais elles influencent également la valeur du terrain et les coûts de construction.

En fournissant des informations détaillées sur la stabilité, la fertilité et la sécurité du sol, elles permettent de prendre des décisions éclairées et d’éviter des coûts imprévus, contribuant ainsi à une gestion optimale de votre projet immobilier.

Foire aux question (FAQ) | études de sol

  1. Sécurité et Stabilité : Elle détermine la capacité du sol à supporter une construction, prévenant les risques de tassement, de glissement de terrain, et assurant la stabilité de la structure.

  2. Protection de la Santé : L’étude identifie les polluants potentiels dans le sol qui pourraient affecter la santé humaine et l’environnement.

  3. Planification et Coûts : Elle aide à planifier correctement le projet de construction, évitant des coûts imprévus liés à des problèmes de sol non détectés.

  4. Conformité Réglementaire : Enfin, l’étude est souvent une exigence légale, notamment dans certains contextes de construction résidentielle.

Pour plus d’information, nous vous invitons à lire l’article suivant (cliquer ici)

Le prix d’une étude de sol, (généralement, lorsqu’on parle d’étude de sol, on fait référence à une étude géotechnique de type G1). Le varie en fonction de plusieurs facteurs tels que la taille et la complexité du terrain, la profondeur des analyses nécessaires et la localisation géographique du site.

Néanmoins, on estime le coût entre 800 euros et 1500 euros.

Pour en savoir plus, cliquer ici

Oui, une étude de sol, souvent sous la forme d’une étude de sol G1, est devenue obligatoire en France pour les terrains destinés à la construction de maisons individuelles depuis la loi ELAN de 2018 (pour les terrains localisés en zone sensible au phénomène de retrait et gonflement des argiles).

Cette obligation vise à identifier les risques géotechniques avant la construction, afin de prévenir les problèmes de stabilité du sol et de garantir la sécurité des structures. 

Source

Une étude de sol doit être réalisée idéalement avant de commencer tout projet de construction, notamment lors de la phase de planification ou avant l’achat d’un terrain. Cela permet d’identifier les éventuels problèmes géotechniques du site.

Pour les constructions de maisons individuelles en France, l’étude de sol G1 est obligatoire avant l’obtention du permis de construire, notamment dans les zones identifiées à risque.

Source – Qualitel.org

L’étude de sol est généralement à la charge du propriétaire du terrain ou du maître d’ouvrage du projet de construction.

Source – Étude de sol obligatoire – Compar’Études

Vous pouvez contacter des bureaux d’études géotechniques ou des ingénieurs spécialisés en géotechnique.

Il est important de choisir un professionnel ou une entreprise certifiée et expérimentée pour garantir la fiabilité des résultats.

Pour trouver des professionnels locaux au meilleur prix, n’hésitez pas à nous contacter chez Compar’Études.

Une étude de sol G1 se déroule généralement en plusieurs phases clés :

  1. Reconnaissance Préliminaire : Collecte d’informations existantes sur la géologie, l’histoire et l’environnement du site.

  2. Visite de Terrain : Inspection visuelle pour identifier les caractéristiques visibles du site.

  3. Échantillonnage de Surface : Prélèvement d’échantillons superficiels du sol pour analyses initiales.

  4. Rapport G1 : Rédaction d’un rapport qui inclut les résultats des analyses et une évaluation préliminaire des risques géotechniques pour le projet de construction envisagé.

Source – Étude géotechnique G1 : Qu’est-ce que c’est exactement ? – Compar’Études

Réaliser une étude de sol soi-même peut être complexe et nécessite une certaine expertise. Toutefois, pour une approche de base, vous pouvez :

  1. Rechercher des Informations Existantes : Consultez les cartes géologiques et les études précédentes sur votre région.

  2. Observation Visuelle : Examinez le terrain pour des signes évidents de problèmes, comme des fissures ou des zones humides.

  3. Faire des Tests Simples : Effectuez des tests basiques de perméabilité ou de compaction du sol.

Mais ATTENTION, s’il s’agit d’une étude de sol d’avant vente, obligatoire ou demandé par votre assureur seul le rapport d’étude d’un un professionnel (géotechnicien) sera valide.

Source – Le Figaro Immobilier 

La durée de validité d’une étude géotechnique préalable, telle que mentionnée dans le cadre légal français, est de trente ans, à condition qu’aucun remaniement significatif du sol n’ait été effectué durant cette période​

Source – Légifrance

Le prix d’une étude de sol G2 oscille entre 1500 et 2200 euros

Non, l’étude de sol n’est pas obligatoire pour vendre un terrain.

Cette obligation s’applique seulement aux projets de construction et aux ventes de terrains en zone sensible au phénomène de retrait et gonflement des argiles (zone où la loi ELAN exige une étude de sol avant l’obtention du permis de construire.)

Source – Légifrance

Une étude de sol est un examen technique du terrain pour évaluer sa capacité à supporter une construction.

Aussi appelé étude de sol G1, elle identifie des aspects géotechniques tels que la stabilité, la présence de nappes phréatiques.

Pour en savoir plus, cliquer ici

Non, l’étude de sol G2 n’est pas obligatoire par la loi, contrairement à l’étude de sol G1 pour certaines constructions résidentielles.

Toutefois, elle est fortement recommandée pour des projets spécifiques, afin d’assurer une conception adaptée et la sécurité des structures.

Source – etudedesolpascher.fr – Étude g2

La différence principale entre une étude de sol G1 et G2 réside dans leur profondeur et objectif :

G1 : C’est une étude préliminaire. Elle évalue les risques géotechniques généraux du site et oriente les premières décisions de conception.


G2 : Plus détaillée, elle se divise en deux phases, G2-AVP (Avant-Projet) et G2-PRO (Projet), et fournit des recommandations spécifiques pour la conception des fondations et d’autres éléments structurels en fonction des conditions précises du sol.

 

Si votre maison présente des fissures, suivez ces étapes :

  1. Évaluation Initiale : Examinez la taille, la forme et l’emplacement des fissures pour évaluer leur gravité. Des fissures fines et superficielles peuvent être dues à un simple retrait du matériau, tandis que des fissures plus larges ou évolutives peuvent indiquer des problèmes structurels.

  2. Consultez un Expert : Pour les fissures importantes ou inquiétantes, il est essentiel de faire appel à un expert en bâtiment ou un ingénieur structure pour une évaluation professionnelle.

  3. Réalisez une Étude de Sol : Si les fissures semblent liées à des problèmes de fondation, une étude de sol (comme une étude G2) peut être nécessaire pour comprendre les causes sous-jacentes liées au terrain.

  4. Réparation : Selon les recommandations de l’expert, des travaux de réparation pourront être entrepris, allant de la simple réfection esthétique à des interventions structurelles plus importantes.

  5. Prévention : Prenez des mesures pour prévenir de futures fissures, comme améliorer le drainage autour de la maison ou ajuster les fondations si nécessaire.

Pour en savoir plus :

 
 

En France, les polluants les plus fréquemment retrouvés dans les sols incluent les métaux lourds (comme le plomb, le cadmium et le mercure), les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les pesticides, notamment issus de l’agriculture, ainsi que les résidus industriels et urbains.

Ces substances peuvent provenir d’activités industrielles passées, de l’agriculture, ou de la gestion des déchets.

Source – Santé publique France

La pollution des sols représente un danger pour plusieurs raisons :

  1. Santé Humaine : Les contaminants peuvent s’infiltrer dans les chaînes alimentaires ou dans l’eau, entraînant des risques de maladies, d’empoisonnements, ou de troubles chroniques.

  2. Écosystèmes : La pollution du sol peut détruire les habitats naturels, perturber les équilibres écologiques et réduire la biodiversité.

  3. Qualité des Cultures : Les sols contaminés peuvent affecter la qualité et la sécurité des cultures alimentaires.

  4. Stabilité des Constructions : Certains polluants altèrent les propriétés physiques du sol, affectant la stabilité des fondations et la sécurité des structures bâties.

Source : HAL open science INRA –  Université de Monréal

Les sources de pollution des sols incluent :

  1. Activités Industrielles : Rejets de déchets industriels et fuites de substances chimiques.
  2. Agriculture : Utilisation excessive de pesticides et d’engrais chimiques.
  3. Déchets Urbains : Mauvaise gestion des déchets ménagers et industriels.
  4. Activités Minières : Résidus miniers et pollution par les métaux lourds.
  5. Fuites de Produits Pétroliers : Ruptures de pipelines et déversements accidentels.
  6. Déchets de Construction : Matériaux de construction non traités et débris.

Source: notre-environnement.gouv pollution des sols en France

 
 

Un particulier peut éviter de polluer les sols en adoptant les pratiques suivantes :

  1. Utilisation Responsable de Produits Chimiques : Limiter l’utilisation de pesticides et d’engrais dans le jardinage et opter pour des alternatives naturelles.

  2. Gestion des Déchets : Assurer un tri correct des déchets, éviter de jeter des substances chimiques ou dangereuses dans l’environnement.

  3. Recyclage et Compostage : Recycler les déchets et composter les déchets organiques pour réduire les déchets envoyés en décharge.

  4. Entretien des Systèmes d’Assainissement : Veiller à la bonne maintenance des fosses septiques et des systèmes d’assainissement pour prévenir les fuites.

  5. Utilisation de Produits Écologiques : Privilégier les produits de nettoyage et d’entretien écologiques.

  6. Sensibilisation et Éducation : Se tenir informé et sensibiliser son entourage sur les enjeux de la pollution des sols.

Source – Solarimpulse

Pour déterminer si une étude de sol est nécessaire sur votre terrain, observez les signes suivants :

  1. Terrain argileux : Si le sol est argileux, il peut gonfler avec l’humidité et se rétracter avec la sécheresse, ce qui affecte la stabilité des constructions.
  2. Terrain en zone à risque : Les terrains situés dans des zones à risque modéré à fort nécessitent une étude de sol. Vous pouvez vérifier si votre terrain est dans une telle zone sur le site Géorisques.

En cas de doute, il est recommandé de consulter un expert pour une évaluation précise.

Les résultats d’une étude de sol influencent de manière significative le plan de construction d’une maison de plusieurs façons :

  1. Choix des fondations : L’étude de sol détermine la nature et la profondeur des fondations nécessaires. 

  2. Drainage et gestion de l’eau : Selon la perméabilité du sol, l’étude de sol oriente les décisions concernant le drainage autour de la maison, essentielles pour éviter les problèmes d’infiltration d’eau.

  3. Type de construction : Les caractéristiques du sol peuvent limiter ou influencer le type de structure que vous pouvez construire, comme la taille et le poids de la maison.

  4. Mesures de prévention des risques : Si le sol présente des risques de glissement de terrain ou d’affaissement, des mesures spécifiques de renforcement ou de stabilisation peuvent être nécessaires.

  5. Conformité réglementaire : En fonction de la localisation, certaines réglementations peuvent exiger des adaptations spécifiques du plan de construction basées sur les résultats de l’étude de sol.

Une étude de sol pour la pollution et une étude géotechnique ont des objectifs et des méthodologies distincts. l’étude de sol pour la pollution se concentre sur l’identification des contaminants dans le sol, tandis que l’étude géotechnique évalue la capacité portante et la stabilité du sol pour la construction.

La durée nécessaire pour réaliser une étude de sol et obtenir les résultats varie en fonction de plusieurs facteurs (complexité du terrain, étendue de l’étude, conditions météorologiques, disponibilité des équipements et des experts), mais généralement, cela peut prendre de quelques jours à plusieurs semaines.

Une étude de sol est nécessaire pour les extensions ou rénovations de maisons existantes principalement dans les cas suivants, selon la législation française :

  1. Terrain en zone à risque : L’étude de sol est obligatoire pour des terrains situés dans des zones à risque, comme les régions sismiques, les zones susceptibles de glissement de terrain, ou avec des sols argileux gonflants.

  2. Loi Elan de 2018 : Cette loi rend obligatoire l’étude de sol sous certaines conditions pour la construction d’une maison, mais aussi pour des projets de surélévation ou d’extension, particulièrement si le sol d’assise de l’extension se trouve dans une zone argileuse avec un aléa moyen à fort

Oui, les études de sol peuvent varier selon les régions en France, principalement en raison des différences géologiques et climatiques. Chaque région présente des caractéristiques de sol uniques, telles que la composition, la texture, et la présence d’eau souterraine, qui influencent les résultats et les recommandations de l’étude de sol. De plus, certaines régions peuvent avoir des réglementations spécifiques liées à des risques locaux, comme les zones sismiques ou les terrains argileux.

Si une étude de sol révèle une contamination grave, les étapes suivantes sont généralement recommandées :

  1. Arrêt des travaux : La découverte d’une contamination grave entraîne souvent l’arrêt temporaire du chantier, le temps de déterminer l’étendue de la pollution et les mesures à prendre.

  2. Protection et information : Il est crucial de protéger les personnes présentes sur le site et d’informer les responsables du projet ainsi que les autorités compétentes.

  3. Analyse par un spécialiste : Un expert en sites et sols pollués doit évaluer la situation, y compris les risques de propagation et la catégorie de la pollution.

  4. Gestion selon la norme NFX 31 620 : Les actions à entreprendre doivent suivre une méthodologie établie au niveau national pour la gestion des sites et sols pollués.

  5. Mesures de dépollution : En fonction de l’analyse, des opérations de dépollution peuvent être nécessaires pour traiter la contamination et permettre la reprise des travaux.

En France, il est possible de vendre un terrain sans étude de sol, mais cela dépend des circonstances spécifiques et de la réglementation locale.

Pour les terrains situés dans des zones à risque (comme les zones argileuses à risque modéré à fort), l’étude de sol peut être obligatoire selon la loi Elan de 2018.

Oui, les études de sol peuvent être transférées entre propriétaires dans le cadre d’une transaction immobilière

Une étude de sol mal réalisée peut entraîner des fondations inadaptées, des problèmes de drainage, le non-détection de risques géotechniques, des coûts supplémentaires suite à des dégâts sur la maison, des problèmes légaux et réglementaires, ainsi que des risques pour la santé et l’environnement.

Pour choisir une entreprise pour réaliser une étude de sol :

  1. Réputation et expérience : Recherchez des entreprises avec de bonnes références et une expérience avérée dans des projets similaires.
  2. Accréditations : Vérifiez si l’entreprise possède les certifications et accréditations nécessaires.
  3. Expertise technique : Assurez-vous que l’entreprise a l’expertise technique appropriée pour votre type de projet.
  4. Tarifs et devis : Comparez les tarifs et demandez des devis détaillés.
  5. Délais : Considérez les délais proposés pour la réalisation de l’étude.
  6. Avis des clients : Consultez les avis de clients précédents pour évaluer leur satisfaction.

 

Vous pouvez également contacter Compar’Études, notre mission, vous trouver les meilleurs prestataires au meilleur prix.

Aucune obligation à réaliser une étude de sol.

Par contre, elles peuvent être utiles pour d’autres projets sur ces terrains, comme l’agriculture ou la gestion des eaux, ou pour une éventuelle future reclassification du terrain en constructible.

Oui, elle peut influencer le coût de l’assurance habitation. Si l’étude révèle des risques géotechniques élevés, comme un sol instable ou un risque de glissement de terrain, cela peut augmenter les primes d’assurance. À l’inverse, une étude montrant un risque faible peut rassurer les assureurs et potentiellement réduire les coûts.

Source : MaxiAssur

Pour démarrer une étude de sol, les documents généralement nécessaires incluent :

  1. Plan cadastral : Pour localiser précisément le terrain.
  2. Plan de situation : Pour situer le terrain dans son environnement plus large.
  3. Historique du terrain : Informations sur l’usage précédent du terrain, s’il y en a.
  4. Projet de construction : Plans ou descriptions du projet envisagé sur le terrain.
  5. Rapports d’études antérieures : Si des études ont déjà été effectuées sur le terrain.

Nous vous invitons à consulter notre article de blog dédié (cliquer ici)

Oui, une étude de sol est souvent recommandée avant d’installer une piscine. Elle permet de déterminer si le sol peut supporter le poids de la piscine et si des adaptations spécifiques sont nécessaires pour assurer sa stabilité et sa sécurité. Sans cette étude, il y a un risque d’affaissement ou de dommages structurels à la piscine.

Oui, une étude de sol peut être contestée, surtout si les résultats sont remis en question par des parties prenantes du projet. Pour contester une étude, il est généralement recommandé de faire appel à un autre expert géotechnique pour réaliser une seconde étude et comparer les résultats. Si les conclusions diffèrent de manière significative, cela peut mener à une réévaluation des décisions de construction ou à des actions légales si nécessaire.

N’hésitez pas à cliquer ci-dessous afin d’être mis en contact avec des prestataires.

Les devis sont totalement gratuits et personnalisés en fonction votre problématique.

Une question ? contactez-nous au 07.82.20.28.13

X

connexion

[form-login]

Vous n’avez pas de compte ?

Inscription

[form-register]

Vous avez déjà un compte ?

En continuant votre navigation sur compar-etude.fr, vous reconnaissez d’une part avoir lu et accepté les documents suivants (cliquez sur le nom pour le consulter) :

Et vous autorisez d’autre part :